La prolifération des écoles de formation en  journalisme et en  communication à Dakar devient de plus en plus inquiétante. Phénomène de mode ou pas, les autorités  ne devraient pas tarder à réglementer le secteur vu que les promoteurs à la recherche du gain, font des nouveaux métiers de nouveaux marchés à conquérir. La qualité de la formation laisse à désirer. les critères rigoureuses  de séléction demeurent le cadet des soucis des promoteurs. les mensualités des pensionnaires seles préoccupent ces derniers. Aucune garantie de formation n'est éxigée.Etudiants désireux de se former en com et en journalisme, soyez attentif.